Prix RTL Lire.

réunion prix RTL Lire février 2014Cette année la librairie a été invitée à participer au prix RTL/ Lire. Ce prix crée en 1992 est décerné lors du Salon du Livre à un roman français par un jury de 100 lecteurs choisis par 20 librairies. Nous avons saisi l’ occasion parce que nous savions que les lecteurs de la librairie seraient ravis de se prêter à cet exercice. Nous en avons donc choisi 4 pour accompagner Françoise ( Votre libraire) dans cette aventure. 5 livres étaient présélectionnés : 

- La petite communiste qui ne souriait jamais de Lola Lafon, publié chez Actes Sud

- Dernières nouvelles du martin-pêcheur de Bernard Chambaz, publié chez Flammarion

- En finir avec Eddy Bellegueule d’Edouard Louis, publié au Seuil

- Trois jours à Oran d’Anne Plantagenet, publié chez Stock

- Réparer les vivants de Maylis De Kerangal, publié chez Verticales ( lauréate du prix RTL/Lire)

C’est autour d’une petite dînette à la librairie que nous avons pu échanger sur nos impressions de lecture et que nous avons donné notre vote. Nous avons souhaité qu’il ne reste pas que des souvenirs de cette expérience c’est pour cette raison que les lecteurs/jury ont écrit les petits textes qui suivent pour les  partager avec vous. 

Dernières nouvelles du martin-pêcheur. Pourquoi il faut suivre le martin-pêcheur.

Parce que c’est un très beau voyage dans tous les sens du terme: à vélo de Cap Cod à Los Angeles. Avec des paysages variés, une vision des Etats-Unis profonds sur fond de vie en bungalow, d’ennui et de mélancolie. Un voyage en musique: Elvis Presley, Charlie Parker, la littérature aussi, Kerouac très présent. L’histoire; souvent centrée sur les parents ayant perdu leur enfant; comme Théodore Roosevelt, les Lindbergh, Abraham Lincoln, parle de l’effroi qui les saisit à cet instant. C’est un voyage coloré et en relief avec la végétation, la faune, la géologie. Mais surtout c’est un très beau livre sur l’amour et la famille.  Bernard et Anne ont perdu leur  fils cadet âgé de 16 ans 1/2, il y a 19 ans. Et ce voyage qu’ils auraient du faire avec leurs trois fils, ils le font maintenant à la poursuite de Martin qu’ils voient et suivent sans pouvoir le toucher. Cependant ils sont à vélo, à moto, en avion. Ils volent avec Martin et en retirent un grand bonheur. Martin est très « vivant » dans dans le récit, ses mains, ses pieds, ses chapeaux, son rire , ses yeux. Bernard et Anne le « voient » même à l’âge qu’il aurait dû avoir cet été 2011, 35 ans. Ce livre me conforte dans l’idée que nous sommes toujours présents tant qu’on est dans la mémoire des personnes. Enfin, « cerise sur le gâteau » ce livre réjouira tous les cyclistes: précisions techniques et références  leur permettant de pédaler à la poursuite du martin-pêcheur.

Simone Ludwig 

Mais pourquoi ai-je dit oui?

C’est la question que je me suis posée après avoir renvoyé le courriel reçu début janvier 2014. On me demandait si je voulais devenir la petite communiste qui ne souriait jamaisun des membres du jury pour le prix RTL/Lire. C’était demandé avec une telle gentillesse que j’ai répondu oui sans aucune hésitation. Puis la question fatidique est arrivée: Pourquoi avoir répondu oui?
Lire 5 livres en 6 semaines, soit 1273 pages. Je réagissais comme les enfants qui demandent quel est le livre le plus fin. Dans quel ordre les lire? Du plus épais au plus fin ou inversement, dans l’ordre alphabétique des auteurs, ou bien des écrivains les plus célèbres aux inconnus? Devant mes interrogations, les libraires ont décidé de me prêter un exemplaire du livre d’Edouard Louis « En finir avec Eddy Bellegueule ». la question de savoir par quel livre commencer ne se posait plus. C’était parti. J’ai mis mes lectures de côté et ai pris mon rôle de jury à cœur.
Le 20 février, j’avais tout lu mais le plus dur restait à faire: à qui allais-je donner ma voix? Trois des cinq livres me plaisaient pour des raisons différentes. J’éliminai d’abord celui qui avait eu beaucoup de presse, souhaitant soutenir des auteurs moins mis en avant. (« En finir avec Eddy Bellegueule ») Puis en réfléchissant à ce qui me restait en mémoire après la lecture, il y en avait un qui m’avait beaucoup plu, le sujet, le rythme des phrases adapté aux différentes situations brossées par l’histoire, les personnages, mais le dernier quart du livre m’avait un peu moins enthousiasmé. (« Réparer les vivants »)
J’ai finalement choisi de donner ma voix à « La petite communiste qui ne souriait jamais ». Maintenant il me fallait attendre la communication du vote des autres lecteurs.
Le mercredi 19 mars, le matin sur France Culture, ils ont invité la lauréate du prix des étudiants France Culture/Télérama: Maylis de Kerangal pour son livre « Réparer les vivants ». L’après-midi, j’apprenais que c’set le même livre qui avait été récompensé par le prix RTL/Lire. Le résultat n’était pas décevant, ce n’était pas celui que j’avais retenu mais cela n’allait pas m’empêcher d’aller fêter le résultat au Salon du livre au stand RTL; champagne dans des verres en verre et petits fours goûteux.
J’ai pris plaisir à faire partie de ce jury, et je me tiens prête pour réitérer l’expérience l’année prochaine.

Régine Massé